RSS

Le potager fait trempette

Pour un apéritif tout en simplicité et parfait pour un pique-nique.

Emplettes :
* Légumes du moment à consistance dur lorsque cru (carottes, concombres, champignons de paris, tomates cerises …)
* Cures-dents (pour éviter la pêche à la carotte ^^)

Sauces (pour 4 personnes) :
* Crème de soja agrémenté de ciboulette fraîche
** 1 briquette de crème de soja
** 1 cs de moutarde
** Ciboulette
** Sel
** Poivre

* Crème d’avocat au gingembre
** 2 avocat
** 1 citron
** 2 yaourts au soja
** Gingembre (frais ou en poudre)
** Ail
** 1 sachet d’épices à guacamole (type old el paso)
** 2 cc de sauce soja

* Sauce barbecue
* 1 oignon rouge émincés
* 150 ml de ketchup
* 5 cs de vinaigre balsamique (vinaigre de cidre, vinaigre blanc ou citron)
* 375 ml de jus de pomme
* 8 cs de sauce soja salée
* 5 cs de sauce soja sucrée
* 5 cs de Worcestershire sauce (facultatif)
* 2.5 cc de moutarde
* 2.5 cc d’ail en poudre
* 2.5 cc de poivre
* 2.5 cc de paprika
* 5 pincées de sel

Le potager fait trempette

Le potager fait trempette

Au chaudron !
* Légumes :
** Lavez les légumes, épluchez-les, et coupez de façon à pouvoir être saisies avec un cure-dent et de taille suffisante pour n’être tremper qu’une fois dans la sauce.

* Crème de soja agrémenté de ciboulette fraîche :
** Dans un bol, videz la briquette de crème de soja.
** Ajoutez la moutarde, la ciboulette fraîche, le sel et le poivre et mélangez.

Crème d’avocat au gingembre :
** Retirez la chair de l’avocat et placez-la dans un mixer.
** Ajoutez le reste des ingrédients et mixez.

* Sauce barbecue :
** Faites revenir l’oignon dans un peu d’huile d’olive.
** Versez le ketchup dans la poêle avec l’oignon à feu doux.
** Ajoutez le reste des ingrédients.
** Laissez réduire jusqu’à obtention d’une sauce onctueuse.

Bon appétit 😉

Sources :
* Sauce barbecue : « Le monde de Loka« 
* Crème d’avocat au gingembre : « Veggie, je sais cuisiner végétarien » de Clea page 244

 
 

Étiquettes : , , ,

Vingt-deuxième anniversaire

Pour fêter mon vingt-deuxième anniversaire, je pars à Bordeaux rejoindre mes amies sorcières (Morri, Skadi et Pom’my). Voici ce qui c’est passé ce mardi 27 août :

4:30 : le réveil sonne. Dur de quitter les bras de Morphée, enfin surtout ceux de Doudou, après 4h de sommeil. Cette chaleur et cette douceur vont me manquer pendant les sept jours qui vont nous séparer. Je fini ma valise en oubliant bien sûr plein de chose.
5:10 : On décolle de la maison pour prendre le RER C direction Porte de Clichy pour prendre ensuite le métro qui nous emmène à la gare de Montparnasse.
6:28 : C’est dur de se séparer, j’ai perdu l’habitude de voir cette vitre entre nous et de voir le train m’emmener loin de mon Doudou. Cela faisait longtemps que nous ne nous étions pas séparer plus d’une journée et cela ne m’avais pas manqué. Dans le train je colorie mes mandalas, j’écoute de la musique et surtout je dors, je suis pas prête d’aller me coucher ce soir.
9:42 : Mon train arrive en gare de Bordeaux Saint Jean. Je retrouve avec plaisir Skadi et rencontre avec tout autant de plaisir Pom’my. Pom’my étant née la veille, nous échangeons nos cadeaux d’anniversaire respectifs, un sautoir avec comme pendentif une clé pour moi et je lui offre du thé vert de chez Nature et découverte. Comme je n’ai pas encore petit-déjeuner, nous nous rendons dans un magasin hollandais Hema pour me trouver du pain d’épice vegan et aussi des bougies pour le rituel d’anniversaire de ce soir et pour tous ceux de la semaine à venir.

Représentation des 4 éléments et des divinités, Thor et Freya

Représentation des 4 éléments et des divinités, Thor et Freya

On se promène dans Bordeaux, flânant devant les boutiques. Skadi nous abandonnes un moment, le temps de me faire une surprise. Pom’my et moi entrons dans la boutique Pégase, une magasin ésotérique. On regarde et on apprend à se connaître avec Pom’my et on se trouve plein de point commun. Je me dirige vers les tarots et les oracles, je flash sur le tarot lo scarabeo. Il n’est plus en boutique, mais la propriètaire me le commande en urgence pour que je puisse repartir avec mardi prochain. Skadi nous a rejoins entre temps, mais avec son état de santé, elle préfère que l’on se rejoigne dans le parc où elle va s’étendre un moment pour faire passer la douleur de son dos. Nos repérages terminés, nous rejoignons Skadi, on papote. Pom’my nous quittes le temps d’aller faire son inscription à la fac. Avec Skadi, nous allons faire un tour au Comptoir Irlandais pour que Skadi puisse trouver un cadeau à Pom’my. Elle a trouvé un très joli mug et de succulentes chips de pomme de terre au vinaigre de cidre.

Là où il y a du thé il y a de l'espoir

Là où il y a du thé il y a de l’espoir

Au début, on a le goût du vinaigre acide puis à la fin l’impression d’avoir manger de la pomme, tout simplement délicieux. Nous sommes ensuite aller dans une boutique bio, pour prendre du tofu soyeux pour le dessert du soir. Nous avons aussi pris des steaks vegan et de la purée d’amande complète.
13:00 : Nous avons grignoter un morceau dans un petit restaurant, du Lassi à la framboise pour Skadi, de la salade de fruit, un petit pain chaud et un minute maid à la pomme pour moi. Ensuite nous avons pris un bus pour aller dans le gîte de la famille à Skadi. Après le bus, il a fallut monter un chemin escarpé à l’abris des arbres, puis marché un moment et enfin traversé une vigne. Sur la droite de ce champ de vigne, une maison magnifique, un peu comme les maisons des plantations aux Etats-Unis pendant l’époque coloniale. Un balcon au premier étage qui permet d’illuminer les chambres, des persiennes aux fenêtres, des vitres partout. Bref impossible à décrire un photo sera plus parlante.

20130829-144119.jpg
Skadi me montre ma chambre, une petite pièce avec une salle-de-bain privative. La plus jolie pièce est avant cette chambre, une chambre du gîte avec un grand lit double, une bibliothèque murale pleines d’ouvrage et de petits objets et surtout, un petit canapé sous les vitres où l’on peut se blottir avec un bon livre et une tasse de thé.

20130829-144107.jpg
14:30 : Après un court repos bien mérité, c’est partit pour la cuisine. Skadi se repose le temps que je cuisine le dessert intitulé « L’Italie, sans lait, merci« . Le repas de ce soir est entièrement vegan, car Morri est intolérante aux protéines animales et moi au lactose. C’était un super défi, mais j’ai réussit ;).
16:30 : Pom’my nous a rejoins et nous nous mettons aux sauces pour l’apéritif « Le potager fait trempette« . Entre papotage et popote, la journée se termine.
19:30 : Ne voyant pas Morri arrivé, la pauvre est coincé dans les bouchons bordelais. Nous nous mettons toutes les trois à la préparation du plat principal « Les tortillas se dévoilent« . Morri arrive sur ses entrefaites, depuis 3 ans que l’on se parle et que l’on s’échange des colis, c’est la première fois que je la rencontre. Je suis super contente, c’est une personne formidable, joyeuse, joviale, drôle et qui sait plein de chose mais sans prendre les gens de haut. En même temps que nous finissons le plat, c’est l’ouverture des cadeaux. Skadi m’offre une boite de thé de la pleine lune de chez Mariages et frères, thé qu’elle m’avait fait connaître il y a trois ans à notre premier petit-déjeuné ensemble. Morri m’a offert du thé à la vodka, elle me connait bien, c’est un de mes alcools préférés (consommer toujours … presque toujours avec modération). Des produits de beauté Lush, un pour le bain et le corps, « Chaudron magique » et exfoliant « Sangria » contre la corrida.  Et un collier en pierre de lune polies rangée dans une pochette chinoise. Le tout rangé dans une trousse de toilette à fleurs. Mes amies m’ont vraiment gâté et on trouvé parfaitement ce que j’aime.

20130829-144130.jpg
20:00 : Nous prenons l’apéro dehors, c’est génial de discuter entre nous tout grignotant l’apéritif. C’est en parlant que l’on se rend compte que l’on a toutes des familles à problèmes et que l’on rencontre souvent des mésaventures similaires, on se sent moins seule et si ça arrive à tout le monde autant ne parler que de choses belles et positives. Et rire surtout rire tout le temps et partout, de tout et de rien.On passe à l’intérieur pour dîner, le temps c’étant rafraîchit Les to …rtillas ont un franc succès et nous parlons parlons encore et toujours de nous, de nos vies, de nos amours. Enfin l’heure du dessert, Skadi met des bougies sur mon tiramisu et je fais un voeu en soufflant mes 5 bougies, car 5 est un chiffre magique.
22:30 : Nous montons dans la chambre à Skadi pour célébrer mon anniversaire avec un rituel tout en simplicité. Nous voulions aller dans la forêt sous l’arbre magique de Skadi, mais il fait trop froid. Avec les bougies que nous avons achetés ce matin pour matérialiser le cercle. Nous faisons une séance d’ancrage, la première pour Pom’my. Je trace ensuite le cercle en appelant les cinq éléments, Morri me suit en purifiant l’espace au son de son magnifique Bodhran. J’invite ensuite mes divinités patronnes Freya et Thor à se joindre à nous. Skadi avait proposé de faire un Blot, une tradition nordique où l’on prend une coupe pleine, pour nous d’un très bon cidre, et de remercier les dieux et les esprits chacune notre tour pour ce qu’elles nous ont apporté durant cette année et de boire une gorgée avant de faire passer la coupe à la suivante. Après plusieurs tours, nous honorons nos réussites de l’année. Nous faisons aussi une commande à Thor et à Freya pour trouver des hommes, sexy, avec un cerveau, ne jouant pas trop à Magic et à Lol (Dédicace à mon Doudou gamer). Il y a eu beaucoup de rire et d’émotion et nous avons réussit à résoudre l’un de plus grand conflit spirituel. Dieu est Morgan Freeman, qui est une femme travesti, qui est pour le mariage pour tous et que l’homme est un brouillon avant le chez d’oeuvre de la femme. Dieu est forcément une femme car il est omniscient et omnipotent, car on sait tous qu’un homme ne peut pas faire deux choses en même temps ^^. Les pokémons sont aussi venu sur le tapis, et nous avons essayés de trouver des correspondances avec les dieux nordiques (Thor : Pikatchu, Freya : Rondoudou). J’ai remercié les divinités d’avoir été avec nous, fermée le cercle et nous sommes allée déposés des offrandes (carottes, champignons et concombre) sous le chêne gardien de la maison de Skadi.
00:30 : Morri et Pom’my sont rentrées chez elles et Skadi et moi sommes allées nous coucher pour un sommeil réparateur.

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 août 2013 dans Anniversaire, Célébration, Petites news

 

Étiquettes :

Agrandissement de ma bibliothèque ésotérique

Aujourd’hui je suis allée faire un tour dans la capitale, avec l’espoir de trouver quelques petites choses, notamment, des livres ésotériques, des fringues, du thé et des plantes pour faire des infusions. Pour les livres je me suis dirigée vers Gibert Jeune Esotérisme (arrêt Saint-Michel – Notre-Dame RER B et C)

Craquage livresque

« Dictionnaire des symboles, mythes et croyances » de Corinne Morel.

http://www.images-booknode.com/book_cover/3583/dicionnaire-des-symboles,-mythes-et-croyances-3582733-250-400.jpg

Cela faisait longtemps que je désirai un dictionnaire des symboles mais devant le prix, une vingtaine d’euros, j’avais tendance à reculer. Mais aujourd’hui rien ne m’a arrêté. J’ai donc fouillé dans l’étalage et j’ai trouvé plusieurs livres qui semblaient sérieux et correspondre à mes besoins. Une fois les dictionnaires de rêves écartés, j’ai hésité entre cet ouvrage et le traditionnel « Dictionnaire des symboles. Mythes, rêves, coutumes, gestes, formes, figures, couleurs, nombres » de Alain Gheerbrant et Jean Chevalier. Pourquoi me direz-vous ne pas avoir choisit de prendre un livre connu et reconnu ? J’ai choisi le premier car il est moins usité par mes confrères et que je voulais avoir une autre base de recherche, pour en cas de besoin croiser ses informations avec le plus traditionnel.

« L’Edda Récits de mythologie nordique » par Snorri Sturluson

http://ec56229aec51f1baff1d-185c3068e22352c56024573e929788ff.r87.cf1.rackcdn.com/attachments/large/8/1/6/000528816.jpg

L’Edda … Enfin ! Je n’y croyais plus. Cela fait des mois que je cherche cet ouvrage mais à croire qu’il était en rupture de stock dans toutes les librairies où j’allais. Alors même si le prix était plus élevé que ce que j’avais prévu, je me suis dit tant pis de toute façon il te le faut. Gibert Jeunes n’avait pas le Prosaïque, pour l’instant je vais étudiez celui-là, je verrai la prose ensuite.

« Le livre complet sur l’encens, les huiles et les infusions » de Scott Cunningham.

http://pmcdn.priceminister.com/photo/le-livre-complet-sur-l-encens-les-huiles-et-les-infusions-de-scott-cunningham-896640557_ML.jpg
Avant de partir à Paris, je tenais à avoir mon portable chargé, afin d’avoir mon GPS et de pouvoir trouver les boutiques que j’avais pré-sélectionné. En attendant donc, j’ai regardé une vidéo de Siùlòir Aisling sur « Les parchemins rituels« . Elle présentait la version anglaise du livre, mais il m’a parut sympa. Une fois arrivée à la boutique, le vendeur me l’a tendu, et je l’ai pris de bonne grâce. Cet ouvrage m’a permis de me rendre compte que la collection de Scott Cunningham avait été réédité avec des prix normaux.

Je ferai une review pour chacun, quand j’aurai fini de les décortiqués.

 
2 Commentaires

Publié par le 20 août 2013 dans Petites news

 

Étiquettes : , , , , , ,

Lush cosmétiques frais faits main

   J’ai rencontré Skadi il y a deux ans. En plus de m’avoir fait faire mon premier rituel, fêter dignement mon vingtième anniversaire et bien d’autres choses encore, elle m’a initié à Lush.

     Fondée en 1995 en Angleterre, ses fondateurs M. & Mrs Constantine ont désirées offrir au monde des produits cosmétiques, fait à la main, à partir de produits naturels (légumes, fruits, huiles essentiels), afin de respecter notre peau et aussi notre environnement.

http://www.massagefactory.eu/themes/PRS030054/img/partner/lush.jpg

     En effet, le couple avait remarqué que les produits de cosmétiques relevaient plusieurs défauts :
* Sur-empaquetés avec des emballages en grande partie non recyclables.
* Testé sur les animaux.
* La composition du produit dans des langues étrangères et scientifiques, donc totalement incompréhensibles par le commun de mortel.
* Pas de date de péremption précise.
* Surdosé de produits chimiques non sur, synthétiquement modifiés.
* Le profit est plus important que le bonheur des clients et la sauvegarde de l’environnement et des êtres vivants.
* Des ingrédients d’origine animal et un laxisme vis à vis des fournisseurs et de leurs méthodes d’approvisionnement.
* L’utilisation abusive du terme « biologique » en achetant un label, afin de faire payer plus pour … rien …

     A tout cela Mark Constantine a dit STOP ! Lush sera :
* Transparent, sur la composition des produits !
** Sur les matières premières !
*** Une liste d’ingrédient dans la langue du pays d’achat et avec des termes clairs et compréhensibles !
*** Informer les citoyens du danger de certains ingrédients par des campagnes d’informations, expliquant clairement les raisons du retrait de ce dernier dans le panier des matières premières.
*** Le Dic-o-Lush, qui rassemble des information sur tous les ingrédients utilisés par l’entreprise. Pour un ingrédient donné, on y trouve notamment sa provenance, son histoire à travers le temps, son apparence, ses bienfaits et utilisations mais aussi pour les ingrédients synthétiques sûrs, une explication des raisons de leurs utilisations et la promesse de garder l’œil ouvert sur les vrais risques et pas sur les inepties d’autres marques pour promouvoir leurs produits.
*** Certification des fournisseurs respectant les valeurs de Lush (respects des êtres vivants et de la planète)

http://www.neo-planete.com/wp-content/uploads/2011/03/Produits-LUSH-1.jpg

* Respectueux !
** Pour la planète, avec le moins d’emballage possible !
*** 62% des produits peuvent être transportés sans emballage.
*** 98 % des emballages sont recyclables.
*** Création de boites en métal ou en carton recyclés pour éviter l’empaquetage inutile.
*** Des produits concentrés (pas plein d’eau)
*** Une réduction de la consommation énergétique des boutiques et de l’usine anglaise. Chaque année, Lush s’évertue à réduire la consommation d’énergie de son usine de 5%.
*** Un traitement des déchets par le recyclage, le compostage ou le don.
*** Les colis sont fait de carton recyclés, garnis de flocons de maïs multicolores et pour Paris transportés par des coursiers à vélo.

Campagne contre les abus d'emballage

Campagne contre les abus d’emballage

** Pour les animaux, avec le refus des tests par l’entreprise et par ses fournisseurs !
*** Les produits sont testés sur des humains volontaires, mention « Testé sur les anglais » 
*** Aucun tests pratiqués sur les animaux !

*** Meilleure appréhension des effets sur la peau car les animaux et les humains ne réagissent pas de la m^me façon (les humains entre eux ont une peau différente alors avec les animaux, je vous laisses imaginer !)
*** Charte annuelle signés par les fournisseurs, s’engageant à ne pas tester leurs produits sur les animaux.

http://www.strategy-interactive.com/blog/images/2013/Lush-teste-sur-des-anglais.jpg

** Pour les êtres humains !
*** Les employés figurent sur les produits qu’ils créent.
*** Certaines matières premières sont issues du commerce équitable, ce qui permet aux producteurs de toucher un salaire plus important que dans la grande distribution.

fait par

 * Engagé ! Pas de label mais des actes !
http://www.lush.fr/shop/info/82/
 ** Pour les animaux !

 *** Campagne contre l’élevage d’animaux pour la création de fourrure et la cruauté dont ils sont les innocentes victimes.
 *** Campagne contre le gavage des oies pour le bonheur des tables françaises

http://www.lush.fr/shop/info/81/ ** Pour l’environnement !
 *** Campagne contre les sacs en plastique mettant en danger l’environnement.
 *** Campagne d’information sur le gaz de schiste

 

    http://www.lush.fr/shop/product/product/id/278/keyword/caritativement/caritativement-belle-** Pour ses clients !
 *** Des vidéos humoristique où l’important n’est plus de prendre soin de soi à tout prix pour faire disparaître ces imperfections mais de se FAIRE PLAISIR avec des produits qui sentent bon, sains et pas si chère que ça.
*** Sensibilisation sur le végétalisme et les bienfaits sur notre santé. Mort au régime Ducon ! … hum hum, pardon… Ducan…
*** Pour les associations caritatives, un soutien notament en faveur de l’éducation pour tous par exemple

Et bien d’autres encore

     J’aime cette marque pour ses valeurs et ses engagements, mais aussi parce que les produits sont de très bonne qualité, complètement addictif et qui en plus font de super cadeaux (mon père, ma mère, mes frères et mon doudou ! woh oooh, et c’est le bonheurrrr !). Leurs boutiques ressemblent à des étales de marché, avec des couleurs partout et des produits qui ressemble à des bonbons, on n’en mangerais presque. Les vendeuses sont toujours de bon conseil et heureuses de partager leurs astuces et leurs coups de cœur.

     Étant donné que les images parlent mieux que les mots je vous glisse une petite vidéo de présentation.

     Si vous voulez vous renseigner sur cette entreprise, voyez la rubrique Sources ci-dessous.

Pour découvrir la boutique en ligne, le Lush Times, les boutiques et très important le forum, où les lusheurs et lusheuses se retrouvent pour échanger leurs impressions, les astuces et bien plus encore.

Sources :
http://www.lush.fr/shop/info/11/lush-nous-croyons
http://www.lush.fr/shop/info/75/
http://www.lush.fr/shop/info/19/charities-we-support
http://www.lush.fr/shop/info/9/animal-testing
http://www.lush.fr/shop/info/7/green-policy

 
3 Commentaires

Publié par le 17 août 2013 dans Beauté, Review

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Cookies au gingembre

J’ai testé cette recette sur trois nouveaux cobayes, mon doudou, Jordan alias petit chat et Savy alias Nii-chan.

Ingrédients :
* 350g de farine

* 175g de sucre roux
* 100g de margarine
* 1 œuf
* 4cs de sirop d’érable
* 2cc de gingembre en poudre
* 1cc de levure

Au chaudron !
* Préchauffer le four à 190°C

* Tamisez la farine, le gingembre moulu et la levure puis mélangez-les dans un grand plat.
* Ajoutez le beurre et mélangez. Faites de même pour le sucre.
* Dans un bol, battez l’œuf, ajoutez le sirop d’érable et mélangez.
* Incorporez le contenu du bol au premier mélange.
* Mélangez le tout jusqu’à l’obtention d’une pâte lisse et homogène.
* Sur une plaque de four pleine recouverte de papier cuisson, répartissez la pâte par boule de la taille d’une cuillère à café (pour plus de simplicité prenez deux cuillères a café afin de faire une pince de pâte).
* Enfournez une quinzaine de minutes, jusqu’à ce que les cookies soient dorés.
* Laisser refroidir, afin qu’ils durcissent.

Bon appétit !

Source :
« Cookies, je vous aime … à la folie » de Rosita Telly

 
Poster un commentaire

Publié par le 10 août 2013 dans Cuisine

 

Étiquettes : ,

« La femme parfaite est une connasse !  » par les jumelles Girard

la femme parfaite est une connasse     En avril dernier, le webzine féminin Madmoizelle fait la promotion vidéo du premier livre des jumelles Girard  » La femme parfaite est une connasse ! « .

     Dans la vidéo de présentation, Anne-Sophie et Marie-Aldine vous présente leur «  Guide de survie pour les femmes « normales » « .

      Ce livret humoristique permet aux femmes de la vie réelle de déculpabiliser de ne pas être la femme parfaite que nous rabâche la société et qui nous donne l’impression d’être nulle.

     Cette femme qui est parfaite, inaccessible, toujours impeccable, parfaite sous tout rapport, sur des talons d’une hauteur vertigineuse qui semblent ne pas torturer ses pieds autant que les nôtres et qui vous lance ses petites piques « C’est quand même pas très compliqué de faire pousser ses propres topinambours« , « C’est vraiment pas compliqué, il suffit de suivre la recette » ou « Tu as conscience que, quelque part, tu es dans l’autodestruction … » au sujet de la cigarette …

      Les jumelles nous donnent donc 30 règles et moult conseils afin que « quitte à être imparfaite autant bien le faire« . Les jumelles nous rassurent en nous montrant que les petits Epic Fail que nous vivons quotidiennement arrivent à tout le monde et nous aide à décomplexer. Grâce à leurs humour, nous lâchons prise face à la pression sociétale et cela nous permet de vivre plus sereinement nos vies imparfaites mais réelles.

     Suivant activement les publications du webzine je me suis ruée sur le lien amazone, mais le livre était déjà épuisé. J’ai donc du attendre août pour retomber par pur hasard sur ce livre. S’en suit une lecture impatiente, au frais, dans la Bibliothèque de France à Paris. Dur de réprimer ses fous rires devant des Epic Fail que nous connaissons toutes.

     J’ai sélectionné 3 perles qui me parlent :
* « La règle des trois jours » : explication grâce à Jésus, pourquoi faut-il attendre trois jours avant de rappeler un garçon.
* « Ce soir, je passe à la casserole » : sur le devoir conjugal de la femme parfaite comparé à notre flemme et accompagné des indispensables « Bon pour une dispense de rapport sexuel »
* « Comment garder sa dignité quand on est complètement bourrée ?  » : avec un très bon graphique des différentes étapes d’une soirée arrosée en fonction du taux d’alcool et de l’heure.

      Si vous l’avez lu, n’hésitez pas a mettre en commentaire vos anecdotes préférés et vôtre ressentit . Si vous ne l’avez pas encore lu, vous pouvez le trouver dans toutes les bonnes librairies, au édition « J’ai lu » au prix de 5 €.

      Bonne lecture !

 
Poster un commentaire

Publié par le 2 août 2013 dans Review

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Faire un choix et l’assumer

     Depuis ma plus tendre enfance, mon entourage ne m’a jamais laisser faire mes propres choix. Mes amies, enfin si on peut appeler ça des amies, me manipulaient afin que je leurs offre mes affaires, que je leurs paient quelque chose, que j’aime les mêmes choses qu’elles ou que j’exécute leurs moindres souhaits, alors que je ne voulais qu’être apprécier de mes pairs. Mes petits amis, plutôt des hommes en mal de sexe qui avait trouvé en moi en bon dévidoir, me faisaient faire ce qu’ils voulaient, moi restant pendu à leurs basques en manque d’amour et de considération. Ma famille qui critique la société entière et les membres de leurs propres chairs par derrière, m’ont influencés et mis dans la spirale infernale du négativisme et du faux-semblant. Et enfin mes parents, je pense que l’on peut leurs donner la palme d’or. Mes choix n’avaient aucune importance, le credo était « Tait-toi et fait ce que l’on te dit sinon tu vas t’en prendre une ». Je n’ai jamais choisi mes sports, ni mes études. J’ai fini par être, à mon avis, une personne insipide, colérique, égoïste, sans personnalité, sans goût, s’adaptant à son environnement afin de coller aux autres, mais tout en restant fausse.

     Mais cette année je me suis révoltée.

Le sport : 
Au début de l’année civile,  mon père, ancien footballeur américain, avait oui-dire qu’il y avait une cession fille pour le football américain à Grenoble. Et il s’était mis en tête que j’allais mettre des épaulières, un casque, courir avec un ballon entre les mains et affronter des filles deux fois plus lourdes que moi. J’avais durant l’été précédent découvert la Tribal Fusion (article à venir), et j’avais trouvé au même moment un cour de danse de Tribal Fusion. L’inscription chiffrant aux alentours de 200 euros, j’en ai discuter avec mes parents. ERREUR FATALE ! Mon père s’est mis en boule et à refuser tout simplement, lui qui me tannait depuis des mois à faire un sport et des années à trouver quelque chose qui me plaisait, mais qui sous-entendu devait aussi lui plaire. Et bien non, j’ai fait ce que j’avais envie de faire. Je suis épanouie dans le club où je pratique et j’ai rencontrée des personnes qui avaient les mêmes passions que moi, dont le paganisme. Mon père m’encourage maintenant à aller à la danse et viendra même à mes trois gala.
      Cette première décision a été mon premier choix, et j’en suis très fière.

Tribal Fusion

Les études :
      Pour mes parents, je suis quelqu’un d’intellectuel. J’ai été obligée de finir le collège, de redoubler ma troisième pour leur simple plaisir et de me pousser dans une voie qui n’était pas la mienne. En seconde, ma famille m’avait tellement pourri sur la filière L, « tu ne fera rien de ta vie », « tu sera au chômage », « y’a que les loosers qui partent en L »… que je n’ai même pas songé à aller en L. Vu mon petit niveau, je me suis dit « Pas de prise de risque, on va faire STG, et être pénarde pendant 2 ans ». Je me suis bien dirigée vu que j’ai adorée cette formation, et étant première de ma classe, mon estime de moi-même été remontée. A la fin du bac, je m’inscrit, confiante, à GEA … PUTAIN ! MAIS QUELLE IDÉE DE MERDE ! Je me suis retrouvée avec des gens imbus de leurs personnes, sclérosés et riches. Mes notes se sont effondrées tout comme mon moral, mais poussée par ma famille je n’ai jamais songé à changer sérieusement d’orientation de peur de me fâcher avec eux. Je redouble ma première année, je la valide et je vais un stage qui me pousse dans la dépression. Mon père au lieu de me soutenir, de me retirer de l’école qui faisait souffrir son unique fille depuis 2 ans n’a songer qu’à une seule chose me menacer et hurler, il ne faudrait pas salir l’honneur de la famille. Aller on continue GEA, malgré le fait que les études ne me plaisent pas et me mettent dans un état de passivité qui gavent mes camarades de classe et surtout ceux avec qui je travaille. La semaine dernière, j’ai passée le GEA Dating, en gros on passe des entretiens devant des professionnels. Bavarde comme toujours, je papote tranquillement avec mes interlocuteurs et là le verdict est tombé « Mademoiselle, vous nous parler de l’art, de la créativité, mais pas de la comptabilité, ce n’est pas fait pour vous, vous allez vous ennuyiez ! Changer de voie ! » Ce weekend j’étais chez mes parents, et le sujet des licences est encore venu sur le tapis. Le samedi soir, ma mère vient dans ma chambre et je lui expose le problème :
« Je n’aime pas GEA, je n’aime plus la gestion, je change d’orientation »
– « Mais Freya, tu n’as aucune idée de ce que tu veux faire »
« Tu m’avais dis que je pourrai me faire un break d’un an »
« Qu’a l’étranger » (oui chez-moi on pose les conditions après t’avoir fait rêver, comme ça tu cède)
« Et tu pense que je vais lâcher l’homme le plus parfait que j’ai rencontrée ? Tu rêve ! ».
     Bref mon père arrivant, la conversation est close. Dans mon lit je réfléchis, « Qu’est ce que j’aime faire ? » : La cuisine et la pâtisserie -> horaires de merde, retourner en cours avec des gamins de 16 ans (je les supportes pas à 20 donc à 16 il va y avoir des morts), selon mon cycle l’odeur et la texture de la nourriture me donne la nausée-> c’est mort. Je réfléchit, je réfléchit et je me demande « Qu’est ce que tu as aimer cette semaine ? » Réflexion intense … l’expression ! Enfin Histoire ! Et là flash-back, j’ai toujours aimée l’histoire, ma mère avait tenté quelques approches pour me faire faire des études d’histoire, mais à l’obtention de mon bac le deal été clair (posé par mon père bien sur)  » Pas d’Histoire, pas d’Histoire de l’Art, pas de Psycho ! » OKAY ! ça limite les possibilités. Mes notes en histoire ont toujours été excellente et je me suis toujours fait plaisir. Et bien voilà que dans mon lit, je me décide, DUT ou pas DUT en poche, l’an prochain ce sera Histoire et à Paris pour rejoindre l’homme qui en un mois m’a plus soutenu que mon père en 22 ans. C’est la deuxième fois que je sens mon cœur s’apaiser depuis que je suis rentrée à GEA (la première c’est quand je me suis faite arrêter par des psychologues qui ont affirmer qu’un internement en HP me serait bénéfique, ce qui a été refusé par mon père). Je regarde les licences d’Histoire, la Sorbonne (j’avoue que la compétitivité de GEA et de mon père m’a un peu déteins dessus). Inscription clause ? Qu’as cela ne tienne j’enverrai tout de même des dossiers. Dossiers refusés ? Je bosserai pendant un an, même entant que caissière mais je vivrais ! Mais rien été joué, j’ai souvent échafaudé des plans d’évasion sans les mettre en application et je suis restée dans cette cage dorée, qui même faite d’or et d’argent reste une cage. Le lendemain, dans la voiture, mon père remet sur le tapis, les licences.
« Tu as choisit une licence pour l’an prochain ? »
« Oui ! »
« Et quoi ? »
« Histoire à Paris »
« QUOI ! Tu vas tout plantée pour un mec que tu connais depuis 6 semaines ? (C’est 4 demain mais c’est pas grave) Tu vas tout reprendre à zéro ! C’est hors de question ! Si tu vais ça je te coupe les vivres ! Tu me déçoit beaucoup Freya ! (encore une technique à mon père me faire culpabilisé, mais non mon petit papa, ça marche plus tu m’a fait trop mal !) Tu est vraiment sure de vouloir faire ça ?
« Oui ! »
« J’envoie la lettre de résiliation de ton appartement demain, début juillet tu te débrouille toute seule, on est bien d’accord ? Je ne cautionnerai pas tes idées débiles ! Tant qu’il y a l’argent de papa-maman ça va mais sans tu fera comment hein ? (Autre technique fabuleuse de mon père et de ma famille en règle générale, l’argent. Et bien non, je me met en danger, tant pis pour le confort, si je peux vivre avec l’homme que j’aime, même que pour quelques mois, je serais heureuse car je serai libre.)
« Oui ! »
« La discussion est close mais tu me déçoit beaucoup Freya » (je te déçoit toujours papa, car tu ne me laisse pas être moi, je devrais être celle que tu as rêvé, mais non je ne suis pas parfaite et à ton unique service)

     C’est le deuxième choix de ma vie et pas des moindres et je suis fière de moi, d’avoir tenu tête à l’homme qui me fait le plus pleurer, qui me fait le plus mal et que me fait peur.

     J’ai terminée difficilement mon année, mais j’ai validé mon diplôme. J’ai postulé à Paris I Panthéon-Sorbonne et j’ai été reçue pour une licence d’histoire. J’ai donc aujourd’hui déménagé sur Paris pour vivre avec mon compagnon. Actuellement, nous « squattons » chez un ami le temps de trouver un logement. Je me sens beaucoup plus libre, tout en ayant de nouvelles responsabilités et contraintes, mais je suis heureuse de grandir et de m’épanouir même si parfois c’est difficile et douloureux.

Laptop in classic library

     Pour conclure, je vous direz que peut importe ce que la société ou votre entourage vous dit, c’est votre vie, votre destin, personne n’a à décider pour vous ! Le confort matériel, je sais bien qu’il est difficile à quitter, mais personnellement, je prefere être dans la merde, faire de petits boulots, mais être libre, plutôt que le fantasme d’un père, une petite fille parfaite.

 
3 Commentaires

Publié par le 8 avril 2013 dans Petites news

 

Étiquettes : , , , ,